Les données et la vie privée

Nous produisons et utilisons de plus en plus de données numériques « riches ». Notre assistant personnel de mobilité, le smartphone, simplifie notre compréhension de l’environnement complexe en nous fournissant des informations ciblées et contextualisées. Les données se révèlent être alors particulièrement importantes pour apporter le bon service au bon moment; elles prennent donc une « valeur », que certains voudraient monétaire.

Les données alimentent notamment des moteurs numériques d’apprentissage des usages réels, permettant ainsi de mieux prévoir, de mieux anticiper, pour mieux vous conseiller mais également d’apprendre pour mieux vous cibler. Ces dualités entre le présent et le futur, entre l’intérêt individuel et les intérêts marchands, entre le personnel et le collectif, ne vont pas se réduire, se simplifier. Certains acteurs vont subir cette complexité, d’autres en feront une force.

Lire la suite

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Light foot print strategy

L’article de Charles Edouard Bouée, membre du comité exécutif du cabinet Roland Berger dans les Echos, est intéressant. Il développe une analogie entre la stratégie militaire américaine et l’entreprise de demain (voir également son livre). Reprenant l’idée que les militaires préfigurent les organisations du futur (voir et revoir sur ce point les nombreux éléments de Transit City).

lightfootprintmanagementslidesharefinal2-130717093310-phpapp01-thumbnail-4

Les qualifications retenues pour cet avenir sont VICA : Volatil, Incertain, Complexe et Ambigu. Devant ces éléments, la stratégie retenue se résume par « light foot print » : augmenter son agilité, sa capacité d’adaptation à des futurs inconnus, sa rapidité d’apprentissage de nouvelles techniques et nouveaux environnements, se former en permanence. Tous les contraires des guerres d’hier fondées sur des structures de commandement et des moyens lourds. Ainsi la légèreté devient la principale caractéristique, et l’empreinte le symbole.

Concrètement, cette stratégie  se traduit par trois actions : Drone, Forces spéciales et cyberattaques. Une quatrième élément semble nécessaire : Espion. Comment peut-on traduire ces choix stratégiques dans le monde industriel ?

Lire la suite

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Quel est l’objet lien de votre projet : la peur, la proie ou l’Art ?

La description d’un projet « innovant » est toujours révélatrice des dynamiques mises en œuvre par les partenaires, et en général des finalités réelles de cette innovation. Est-ce que le projet est engagé en réaction à des projets concurrents réels ou supposés ? ou encore pour éviter que d’autres ne le fassent avant vous ? ou bien pour améliorer une version précédente ? pour répondre à de nouvelles normes ? Dans ces cas-là, ce qui fédère ce collectif est la peur : de perdre un marché ou une rente. Dans le domaine de l’intelligence collective, cet « agent » fédérateur s’appelle « l’objet lien ». L’action de chacun des membres se construit autour et/ou avec « un objet commun » (physique ou symbolique) qui va servir de catalyseur et de support pendant le projet. La peur est un objet lien bien connu, souvent utilisé, mais conduisant à de très faibles innovations de rupture.

Il existe deux autres objets liens pour rassembler des collectifs. Le second est la nomination d’une cible connue et partagée, comme une proie que l’on chasse. Ce processus est généralement utilisé pour des démarches d’acquisition d’entreprise, ou encore des cartels qui verrouillent un marché. Le troisième nous intéresse plus particulièrement car il met en œuvre des dynamiques très différentes, il s’agit de l’Art. Cet objet lien vise à fédérer les acteurs d’un projet autour du rêve d’humanité qu’il génère. Les dynamiques mises en œuvre et les capacités d’innovation sont d’un autre niveau puisque les partenaires ne sont pas en réaction, mais uniquement en création. Tous les sens du collectif peuvent être utilisés, toutes les richesses peuvent être identifiées et engagées dans l’action. L’objectif de ce type de projet s’exprime très différemment, sur le fond et sur la forme, que les deux précédents. Les produits/services qui en découlent sont en général totalement nouveaux, et compatibles avec les dynamiques déjà abordées sur ce blog : incarner des rêves et des objectifs de changement ambitieux, anticiper les mutations des frontières producteur/consommateur, s’engager sans tarder vers la transparence totale sur le produit et leurs impacts pour tous les acteurs, identifier les leaders d’opinion et les créateurs externes pour les impliquer en les récompensant.

Il n’est pas étonnant si Steve Jobs indique : « La technologie seule n’est pas suffisante. C’est quand la technologie épouse les arts libéraux et les humanités qu’elle parvient à faire chanter nos cœurs ».

Lire la suite

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

L’être et l’écran, la révolution ontophanique

La thèse de Stéphane Vial rassemble des points essentiels à connaître concernant la révolution numérique, son livre « l’être et l’écran » vient de paraître.

Etreecran
L’aura numérique, proposée par Daniel Kaplan, des objets ne se questionne plus. Il se constate. Et ce n’est qu’un début. Tous les produits industriels issus de la 2ème technique dominante, celle de l’acier et du charbon, se numérisent. D’abord l’électronique est ajouté, puis des interfaces, puis des écrans, puis le numérique renverse le design et devient le point d’entrée. Les promesses du numérique sont nombreuses; certaines n’ont pas eu lieu, d’autres, inattendues, nous bouleversent. La FING les étudie pour mieux s’en imprégner.

Lire la suite

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les nouveaux dispositifs d’innovations collectifs

Rassembler un écosystème étendu, hétérogène, pluriel, avec de nombreuses contraintes industrielles et économiques, des histoires et des modes de pensées. Lui donner les conditions de se rencontrer, de se sentir en tant que groupe. Sans modifier les spécificités individuelles, lui permettre de faire émerger une conscience collective, une émanation du tout, à la fois supérieur à la somme des parties et inférieur. Accéder à une sensation d’holoptisme.

Escher_004 Lire la suite

Publié dans Non classé | 1 commentaire

En 2050, nous serons heureux

« Vas-y, rajoute une bûche » demande Amandine. Le poële à bois hydraulique s’anime une fois par semaine pour chauffer les 2000 litres des ballons de stockage et fournir chaleur, eau chaude et quelques watts d’électricité pour les serveurs domestiques.

Ce mois de décembre 2050 est particulièrement froid, nous avions réussi à faire mentir les prévisions du GIEC. Nés en 2013, Amandine et Mathieu prennent quelques instants et regardent avec une certaine nostalgie les écrans et les hologrammes de leurs archives numériques récemment stockées sur le serveur domestique local. Cette victoire n’était pas gagnée d’avance, songe Mathieu. Dire que c’était son sujet de thèse de Philosophie en 2033 : « L’accès et la gestion de ses données personnelles peut-elle modifier la structure des collectifs humains ? ». Pourtant, la P2P virtual Assembly, dont la P2P foundation avait jeté les bases, avait réussi à faire plier tous les géants marchands du web, les données personnelles ont bien été répliquées sur des serveurs domestiques, locaux, communautaires ou municipaux. Les données reviennent à ceux qui les produisent, permettant de construire une multitude de services citoyens, et surtout de pouvoir développer des algorithmes en autonomie. Ce sujet philosophique et juridique le passionnait. Pour Amandine, cela allait avoir aussi des conséquences énormes, elle le ressentait et en était persuadée.

Lire la suite

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Apprenons à connaître les citoyens du futur ?

Nombreuses sont les études de prospectives centrées sur les techniques. Pensant que toutes les innovations technologiques conditionnent le fonctionnement des organisations humaines, que ces dernières les consomment, uniquement. Mais des tendances historiques plus longues sont à l’oeuvre au niveau des aspirations individuelles. Nous sommes des animaux sociaux, et, malgré les apparences, profondément altruistes (lire Plaidoyer pour l’altruisme par Mathieu RICARD). Désormais, il devient possible de penser que de plus en plus d’individus formés peuvent s’engager « seuls », sans structure de commandement, sans liaison avec les « marques », sans direction fixée par d’autres, dans la conception et la réalisation de projets avec d’autres pairs, et cela à grande échelle. A la fois reliés à de nombreux réseaux, le « nous », et autonome, le « moi ». Ceci n’est pas un détail. Ce n’est pas non plus un hasard.

« Dès son plus jeune âge, l’enfant éprouve un sentiment d’appartenance au groupe : il est un parmi beaucoup d’autres et l’autre est un peu lui-même. Ce sentiment se manifeste clairement dans les activités coopératives, au cours desquelles les enfants poursuivent un but commun et prennent conscience de leur interdépendance au sein de laquelle le « moi » se fond dans le « nous ». Avec l’âge, ce sentiment collectif du « nous » se restreint graduellement à certaines catégories d’individus, à des « groupes » – famille, amis et, plus tard, ethnie, religion et autres facteurs de distinction, de division et, souvent, de discrimination. À l’adolescence et à l’âge adulte, certains étendent à nouveau le cercle de l’altruisme et ressentent un profond sentiment d’« humanité partagée » avec les autres êtres humains, et d’empathie pour ceux qui souffrent. Une éducation éclairée devrait mettre l’accent sur l’interdépendance qui règne entre les hommes, les animaux et notre environnement naturel, pour que l’enfant acquière une vision holistique du monde qui l’entoure et contribue de manière constructive à la société dans laquelle il évolue en mettant davantage l’accent sur la coopération que sur la compétition, et sur la sollicitude que sur l’indifférence. De la conception que l’on a de l’enfance dépendent les pratiques éducatives que l’on va mettre en œuvre. Si l’on reconnaît que l’enfant naît avec une propension naturelle à l’empathie et à l’altruisme, son éducation servira à accompagner et à faciliter le développement de cette prédisposition. » – Plaidoyer pour l’Altruisme, Mathieu RICARD.

Lire la suite

Publié dans Non classé | 1 commentaire