Du lézard au linchpin

Est-ce que Seth Godin a lu Teilhard de Chardin ? Seth Godin, dans son livre Linchpin : Are you indispensable ? reprend nombre d’éléments introduits par Teilhard dans les années 1950 concernant la place de l’Homme dans la nature, son développement et ses évolutions. Alors que Teilhard développe son argumentaire à partir d’observations issues de la géologie, de la biologie, de l’anatomie et de la théologie pour nous projeter dans le futur, Seth se concentre sur l’entreprise, le capital, les employés et les linchpins.

Nous sommes dans les années 1950. Teilhard positionne l’Homme à la pointe de l’évolution du vivant. Son cortex, son système nerveux central sont tellement supérieurs aux autres espèces qu’il ne peut pas s’arrêter là. Il réussit alors, par la puissance du raisonnement et de l’observation, à nous guider dans notre futur. Après la biosphère, mince sphère du vivant accrochée au minérale, l’espèce humaine verra apparaitre une noosphère, « sphère de l’esprit » encore plus fine reliant les hommes et les consciences. Teilhard était convaincu qu’une forme très primitive de conscience se trouvait répandu à travers la nature. C’est pour l’homme un immense avantage biologique qui lui permet de faire face aux changements. Hors, constatons que notre monde moderne se caractérise par le chaos, le cygne noir : des changements incessants, imprévisibles, avec de grandes conséquences. Nous avons donc des capacités sous-exploitées pour évoluer dans l’incertitude.

Seth Godin étudie le linchpin et le décrit comme le créatif, artiste pleinement individué mais également très relié (pour Seth Godin, la notion d’artiste est très large). Il est indispensable dans les organisations modernes pour les amener à évoluer dans un contexte chaotique, à devenir des organisations de 5ème niveau décrites par Frédéric Laloux dans Reinventing Organisation. Le linchpin embrasse l’absence de structures, de règles. Il « résout des problèmes que les autres n’ont pas prévus, voit les choses que personne n’avait prévues et connecte les personnes qui ont besoin d’être connectées ». Set évoque de nombreuses fois le cerveau reptilien, « le lézard », comme un frein à nos changements, comme un aimant nous faisant revenir à ce que l’on connaît, à notre zone de confort. Notre cerveau reptilien est à la base de nos peurs, de nos réactions face aux évènements. Le linchpin réussit, mieux que les autres, à contenir son « lézard » à sa place, pour explorer, en ayant peur, des zones inconnues.

lezard_linchpinTeilhard, en fin connaisseur des espèces vivantes, mentionne également cet aspect de notre évolution du cortex. Pour lui, nous vivons actuellement la passe difficile de notre évolution (N’oublions pas que Teilhard se place sur des échelles de temps géologiques). Nous avons trop de puissance, trop de prothèses techniques, mais un cerveau reptilien encore trop influent. Nous devrons apprendre à changer notre niveau de conscience pour mieux nous développer. Evoquant même l’intelligence artificielle « la pensée peut artificiellement perfectionner l’organe même de la pensée », Teilhard propose une nouvelle culture, inspirant une nouvelle éducation, seule capable de nous aider à franchir cette période singulière.

Pour Seth Godin, le linchpin incarne cette nouvelle culture à côté des travailleurs et du capital. Pour Set : « Leaders don’t get a map or a set of rules. Living life without a map requires a different attitude. It requires you to be a linchpin. Linchpins are the essential building blocks of tomorrow’s high-value organizations. They don’t bring capital or expensive machinery, nor do they blindly follow instructions and merely contribute labor. Linchpins are indispensable, the driving force of our future. » Dans un environnement concurrentiel tendu, un futur imprévisible et chaotique, le linchpin s’appuie simultanément sur ses talents, son individuation et ses réseaux internes et externes. Les répères, procédures et frontières historiques ne s’appliquent plus pour décrire son activité, il n’est pas « standardisable et interchangeable». Après la production de masse, nous entrons dans l’ère des artistes. « Within two years of the launch of the Ford System, the productivity at some Ford plants had increased by 400 percent or more. The essence of mass production is that every part is interchangeable. Time, space, men, motion, money, and material—each was made more efficient because every piece was predictable and separate. Ford’s discipline was to avoid short-term gains in exchange for always seeking the interchangeable, always standardizing ». Le linchpin n’est pas remplaçable par la machine.

Pour Teilhard aussi, « Partout la présence humaine s’effacera devant la machine […] les automatismes détruisent la conscience en la rendant inutiles : dès qu’un réflexe s’est durci, la conscience se retire ; elle va intervenir ailleurs, sur la ligne de front, là où les mécanismes ne sont pas encore montés, là où elle est indispensable […] les automatismes libérent la conscience pour de nouvelles recherches créatrices ». L’automatisation est vue par Teilhard comme une chance pour nous permettre d’identifier nos talents. Teilhard pense lui aussi que notre avenir s’appuie aussi sur le linchpin.

Seth Godin identifie les 7 talents du Linchpin :

  1. Fournir une interface unique aux membres de l’écosystème,
  2. Démontrer une créativité unique,
  3. Evoluer dans un écosystème de grande complexité,
  4. Connaître et guider les clients,
  5. Inspirer les dirigeants,
  6. Maîtriser techniquement sur un large domaine,
  7. Avoir un talent unique

Le linchpin ne reproduit pas, il n’est pas sous l’emprise du désir mimétique cher à René Girard. Ou plutôt, il cherche à ressembler à d’autres linchpins, plus puissants, plus emblématiques. Le linchpin invente sans cesse, connecte l’intérieur et l’extérieur, tisse des liens improbables à tous les niveaux de l’organisation. Dans un monde où toutes les organisations veulent penser « out of the box », le linchpin n’est plus une option. Encore faut-il le laisser s’exprimer, se révéler. Mais tout d’abord il faudra identifier les linchpins déjà à l’œuvre dans vos réseaux, vos organisations.

Pour en savoir plus :

Toutes mes notes sur ces livres sont accessibles sur le compte Kindle.

Seth Godin, Linchpin are you indispensable ?

Teilhard de Chardin, La place de l’homme dans la nature

Frédéric Laloux, reinventing organisation

René Girard, du mimétisme à l’hominisation

Advertisements
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s