Le futur de la conscience, conscience du futur

Les architectures connues de la société vacillent : travail, monnaie, hiérarchie et autorité. Quelles sont les prochaines architectures ? Sont elles déjà visibles ? Nous parlerons du travail, de l’individu et du collectif, du pair à pair, du langage et des monnaies. Comment parler d’un point de vue individuel puisque l’individu est lui-même influencé par le collectif construit par des individus ? Comment peut-on s’extraire de la culture dominante pour percevoir et échanger sur de « nouvelles » cultures en construction ?

La transition écologique et énergétique n’est-elle pas avant tout une transition de notre niveau de conscience, individuel et collectif.

Si tout change “en même temps”, aurons nous encore des repères ? quels sont les constantes qui ne changent pas ? comment s’y préparer au mieux ? Une approche holistique est essentielle mais terriblement difficile à concevoir et mettre en œuvre, quels conseils pratiques pour commencer ?

Dans une série d’article, nous échangerons avec une série d’exploratrices et d’explorateurs. Ces personnes travaillent au quotidien certains aspects de notre culture actuelle pour la transcender. Ils sont bien souvent eux mêmes aux frontières des connaissances et s’utilisent pour comprendre les liens intimes et fractales entre le « je » et le « nous ». Peut-on ainsi mieux « se voir » parler ensemble, peut-on échanger sans argent rare, sans structure centrale, avec bienveillance sans compétition ou encore créer des œuvres communes. Ces démarches individuelles pourraient influencer à la fois les individus dans leur singularité et leurs échanges.

Lire la suite

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Du lézard au linchpin

Est-ce que Seth Godin a lu Teilhard de Chardin ? Seth Godin, dans son livre Linchpin : Are you indispensable ? reprend nombre d’éléments introduits par Teilhard dans les années 1950 concernant la place de l’Homme dans la nature, son développement et ses évolutions. Alors que Teilhard développe son argumentaire à partir d’observations issues de la géologie, de la biologie, de l’anatomie et de la théologie pour nous projeter dans le futur, Seth se concentre sur l’entreprise, le capital, les employés et les linchpins.

Nous sommes dans les années 1950. Teilhard positionne l’Homme à la pointe de l’évolution du vivant. Son cortex, son système nerveux central sont tellement supérieurs aux autres espèces qu’il ne peut pas s’arrêter là. Il réussit alors, par la puissance du raisonnement et de l’observation, à nous guider dans notre futur. Après la biosphère, mince sphère du vivant accrochée au minérale, l’espèce humaine verra apparaitre une noosphère, « sphère de l’esprit » encore plus fine reliant les hommes et les consciences. Teilhard était convaincu qu’une forme très primitive de conscience se trouvait répandu à travers la nature. C’est pour l’homme un immense avantage biologique qui lui permet de faire face aux changements. Hors, constatons que notre monde moderne se caractérise par le chaos, le cygne noir : des changements incessants, imprévisibles, avec de grandes conséquences. Nous avons donc des capacités sous-exploitées pour évoluer dans l’incertitude.

Lire la suite

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les nouveaux nomades

Thierry Crouzet nous amène dans notre futur. Malgré le titre « l’alternative nomade« , le nomadisme n’est pas présenté vraiment comme option, mais notre unique solution. Le nomadisme numérique offre une capacité inédite pour se libérer, pour nous libérer en devenant des artisans du flux.  Surfer sur le flux pour s’individuer sans s’individualiser :

Si les sédentaires se nomadisent et se libèrent peu à peu de la finance, nous changerons de monde. Nous n’avons guère d’autre choix. Les problèmes globaux comme la faim ou les dérèglements écologiques deviennent de plus en plus pressants. Nous nous retrouvons au pied du mur. Nous ne pouvons plus reculer. Pourquoi n’avons-nous encore rien fait ? Par manque de volonté politique sans aucun doute, mais, surtout, parce que nous étions tout simplement incapables de coopérer, de nous individuer, de nous libérer.

Les dispositifs numériques comme les réseaux sociaux, les processus pair à pair ou encore les oeuvres « communes » (comme wikipédia ou wikispeed) constituent autant de leviers pour se nomadiser. Le nomade s’allège pour mieux relier les territoires, pour mieux se relier aux autres, il développe également des compétences singulières qui lui assure une activité sociale. Aujourd’hui, la connaissance distribuée, nos reliances horizontales apportent les briques pour permettre à chacun de s’individuer par friction successive, pour s’alléger des mèmes sociaux, pour s’entraîner à fonctionner en tribus tout en se formant soi-même. En s’interconnectant, nous augmentons la complexité de nos réseaux, mais également la puissance de nos actions, leurs impacts, notre adaptabilité, notre résilience et finalement la possibilité de résoudre les problèmes majeurs de nos sociétés modernes.

socialgraph

Le graph social

Lire la suite

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Vers l’hypercitoyen, acteur heureux à l’ère des plateformes numériques

Les décisions politiques américaines du GPS civil et de l’internet ont fait émergé des géants. Rien n’était planifiable, prévisible. Aucun état stratège ne pouvait penser Facebook, Amazon, Google ou Apple. Les GAFA sont des purs produits de l’innovation. Ces jeunes plateformes mettent en œuvre de nouveaux mécanismes pour se relier à leurs « clients », la multitude. Elles inventent en même temps les produits, les services, les contenus et les outils de reliance. Toutes différentes sur leurs marchés, elles se rejoignent sur un point majeur : l’industrialisation de la production et de l’utilisation de métabases de données sur nos usages, nos comportements numériques, nos pratiques – notamment de mobilité, de soins, d’achat – et nos contacts, nos réseaux.

Plus vous utilisez une plateforme pour bénéficier de ces services, plus elle apprend de vous, plus elle évolue pour répondre à vos besoins identifiés ou suscités ou itérés. Chacun dans son domaine, les nouveaux marchands de l’économie collaborative s’appuient également sur des outils numériques similaires. Ils mettent en relation l’offre et la demande grâce à un design soigné intégral (inscription, mise en relation, paiement, notation, …). Se faisant, le « client » fournit des données le concernant, permettant en même temps d’améliorer son expérience et d’alimenter une métabase de données. Finalement, malgré l’actualité, il n’y aurait donc aucun nouveau modèle d’affaire. L’utilisateur reste un « client » qui n’a pas tous les éléments, toute la vision, toutes les informations.

Lire la suite

Publié dans Non classé | 1 commentaire

L’ordre puis le Chaos

Ce texte est largement inspiré du livre de Bruno Marion : Chaos, mode d’emploi. Merci Bruno !

« Deux choses nous menacent, l’ordre et le désordre », Paul Valéry.

Pour y vivre pleinement, le monde doit se regarder tel qu’il est, complexe, multiple, fractal. Notre culture occidentale s’appuie sur des principes et des valeurs principales binaires et une vision linéaire des événements. Ces prismes apportent des avantages dans un monde stable et prévisible : la capacité à organiser les activités, à les « rentabiliser » au maximum pour en assurer une grande productivité. L’ordre devient légitime, le désordre, lui n’étant alors que transitoire. Les événements doivent être prévisibles, confortant les personnes qui y croient, renforçant l’éducation pour tous à cette lecture du monde. Tout le reste n’est que détail à ranger dans des boites : signal faible, délinquant, hors la loi, crise passagère.

Mais voilà, ce monde là n’existe plus. A t-il d’ailleurs vraiment existé ? Lire la suite

Publié dans Non classé | 11 commentaires

Bricolons-nous ! (2/2)

(suite de l’article Bricolons-nous ! (1/2)). Individuation et travail solitaire permanent sur ses talents, couplé à des pratiques de reliances multiples pour s’engager dans des projets collectifs, telles seront nos prochaines activités.

En nous engageant dans ces mutations, cela permettra également de nous construire ensemble un avenir crédible & souhaitable.

Jean-Pierre DUPUY nous apporte dans son dernier ouvrage, l’avenir de l’économie, des pistes de réflexion pour nous aider à penser le monde qui vient. Il poursuit ici les concepts développés dans ses précédents livres sur la place du Sacré, sur nos moyens de concevoir l’avenir, et les enseignements philosophiques que l’on peut apprendre des catastrophes. Hélas pour les futurs lecteurs, les thèses proposées ne sont pas simples, elles reflètent la complexité de nos choix liés à de nombreux bouclages que nous aborderons. Décidemment, il n’y a pas de solutions simples pour résoudre nos problèmes …

Mais heureusement les enseignements à retenir sont nombreux, puissants, et couvrent de nombreux domaines. L’ouvrage embrasse plusieurs concepts structurants pour quiconque s’intéresse aux années à venir : le rôle du politique, l’imaginaire collectif, la prospective, l’avenir et le lien causal. Lire la suite

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Bricolons-nous ! (1/2)

Dans un monde chaotique, par nature imprévisible, sommes-nous préparés collectivement ? individuellement ? pour vivre ou pour sur-vivre ? Désormais alors que nous avons la connaissance de l’humanité à portée de clic, nous avons tout à réinventer : notre éducation, nos métiers, notre culture (lire l’article sur l’hypercortex), nos capacités à faire ensemble et finalement à être soi. Nous fonctionnons en miroir, en « spéculation » (mise en miroir du latin speculum, reflet du futur dans le miroir du présent) : notre culture collective nous construit individuellement, nous forge, alors qu’en même temps, nous lui donnons corps. Cette culture n’existe qu’à travers nos individualités. Nous ne pourrons pas changer collectivement sans changer individuellement, et vice et versa. Et pour cela, quelques conseils et une philosophie : bricolez. Bricolez vos objets, bricolez vos talents, bricolez le web, bricolez votre travail, bricolez vos réseaux, bricolez-vous ! Lire la suite

Publié dans Non classé | Tagué , , | 2 commentaires